• Blue Boy ~ RPG Yaoi •


 
AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
~ Forum RPG classé NC-18 : Yaoi & Lemon ~
Relations explicites entre hommes. Vous êtes prévenu(e)s.

Partagez | .
 

 Nao - Danseur de rue (sdf accessoirement)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Simple Citoyen
avatar

Nombre de RPs : 3

MessageSujet: Nao - Danseur de rue (sdf accessoirement)   Lun 12 Mar 2018 - 4:52

Sasazaki Niko




Surnoms » Nao

Âge » 25 ans

Nationalité » Japonais

Métier » SDF… Danseur de rue et autres petits boulots.

Orientation sexuelle » Bi par nécessité avec une préférence pour les hommes.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Apparence physique


Nao a toujours eu un physique avantageux. Grand, 1m79, élancé, un visage finement dessiné, pareil pour ses yeux sombres, il prenait grand soin de son physique avant, le considérant comme une arme de séduction parfaite. Pour ça, il avait recours aux meilleurs coachs personnels qui existaient. Rien n'était trop bien pour lui, il était le meilleur et tout le monde devait le savoir au premier regard. Ses vêtements de luxe étaient là pour le prouver également.

Mais ça, c'était avant… Depuis qu'il vit dans la rue, ses fringues viennent des poubelles ou des dons, son corps dont il était si fier a perdu ses beaux muscles, ses cheveux bruns toujours coupés à la perfection sont maintenant un tas informe et sale, ses yeux brillants de fierté et de suffisance ont perdu leur éclat, ses mains douces et parfaitement manucurées sont devenues rugueuses aux ongles cassés et noirs. Ne mangeant que rarement à sa faim, il est bien plus maigre qu'avant. Malgré ça il reste plutôt beau, son visage est toujours aussi agréable à regarder. Lorsque qu'il peut se laver et s'apprêter un minimum, il est encore attirant, ce qui lui donne parfois des avantages pour pouvoir trouver un peu plus d'argent pour survivre… Mais des désavantages aussi… Etre la convoitise de certains être peu recommandables qui pensent pouvoir abuser de lui en toute impunité, vu qu'il n'est qu'un sous-homme vivant dans la rue.

Caractère


Nao était ce qu'on pouvait appeler un petit con. Fils d'une famille richissime, il était imbu de sa personne, se pavanant avec sa cour d'admirateurs et ses quelques amis aussi riches que lui. Pour lui, les personnes qui le servaient n'étaient que des sous-hommes tout juste bons à faire ses quatre volontés, tous ceux qui n'avaient pas sa classe, des larbins interchangeables. Tous devaient se féliciter de pouvoir graviter autours d'un être aussi parfait que lui. Un regard mauvais ou même juste blasé, il se plaisait à rosser son propriétaire, juste pour le plaisir, ils devaient tous l'admirer c'était un fait établi. Il avait toujours tout ce qu'il demandait sans rien faire, alors pourquoi fournir des efforts pour travailler, ou même se débrouiller pour quoi que ce soit ?

C'est pourquoi la chute fut encore plus dure… Lui si fier, si riche, si incapable, se retrouva du jour au lendemain seul, sans argent, sans maison, sans personnel, sans amis. Lui qui n'avait jamais travaillé devait à présent se débrouiller pour trouver de quoi se nourrir et s'abriter. Et c'est grâce à la générosité de ceux qu'il considérait avant comme des sous-hommes, qu'il a pu survivre et garder un minimum de dignité. Sa vision du monde a radicalement changé, il s'est rapidement rendu compte qu'il avait vraiment vécu comme un petit con avant. Sa fierté a disparu depuis longtemps, sa confiance en lui et en le monde aussi. La méfiance, la solitude et la peur sont à présent ses sentiments dominants. Quand on vit dans la rue, beaucoup de gens passent, mais personne ne s'arrête plus de quelques minutes, la possibilité de se faire agresser est grande, il faut se battre pour sa survie. Malgré tout, un petit espoir reste encore, celui de parvenir un jour à s'en sortir..


Particularités


Il a plusieurs cicatrices sur le corps, dues à quelques bagarres de rues dans lesquelles il a été impliqué, ainsi que quelques tatouages venant de sa première vie.

Famille


Etant fils unique et ses parents étant morts, il n'a, à sa connaissance, plus aucune famille.


Histoire


« Niko… Viens voir ça… »
« Appelle moi encore une fois comme ça et j’te crève… »
« Oh… Gomen… J’avais oublié… »
« La prochaine fois je t’y ferais penser… Et crois-moi tu ne vas plus oublier. Tu l’auras bien gravé dans la tronche. »
« Hai… »
« Bon tu voulais me montrer quoi ? »
« Regarde… Ya l’autre idiot qui organise une fête… »
« Haha, il espère rameuter qui ? Que des thons ? Je vais lui montrer ce qu’est-une vraie fête… »
« Faut croire… »
« Hum hum… Sasazaki-san… Nous sommes en cours… Pourriez-vous baisser d’un ton ? »
« Hum ? Non pas envie… Pas intéressant votre truc… Sensei… »
« Groumpf… Comment osez-vous ? »
« Ca dérange quelqu’un d’autre qu’on parle ? Regardez y’a que vous que ça dérange hahaha. »
« Je vais appeler vos parent vous allez voir ! »
« Appelez les donc… Vous direz au-revoir à votre poste… »

Ce genre d’échanges houleux avec les professeurs, avec les autres élèves, faisaient partie du quotidien du jeune Niko Sasazaki. Ses parents étaient tombés amoureux de la France lors d'un de leurs voyage d'affaire, ils l'avaient donc affublé de ce prénom aux consonance françaises, prénom qu'il détestait, se faisant alors appeler Nao, bien plus classe selon son avis. Il évoluait entouré d'une horde de fans, des jeunes filles en fleurs prêtes à se pâmer pour un seul de ses regards, des jeunes hommes prêts à jouer ses larbins à tout moment. Sa famille était riche, très riche et respectée. Personne n’aurait osé lui tenir tête, les seuls qui avaient osé s’en rappelaient encore probablement vu la correction qu’il s’appliquait à leur donner alors. Depuis tout petit, il faisait et avait tout ce qu’il voulait, il était le roi chez lui, les autres n’étaient bons qu’à le servir, à se masser à ses pieds. Il avait des foules d’amis, tous plus dévoués et délurés les uns que les autres, tous avides d’avoir ses opinions, de partager les nouvelles avec lui. Il était le « Jeune Maître » de la maison. Il était le centre d’une bande de gars huppés et imbus d’eux-mêmes. Il était même probablement un des pires, mais à cette époque, il ne le remarquait même pas. Son répertoire était rempli des noms de tous ces gens qui se disaient ses amis.

Nao avait parfois des lubies bizarre, mais comme toutes ses demandes, tout le monde faisait tout pour les réaliser. Par exemple, il aimait regarder des dramas, et une fois en en regardant un sur la vie de jeunes médecins, l’envie lui est venue de devenir médecin, un super médecin comme celui du drama. Quand il a annoncé la nouvelle à ses parents, qu’il voulait être un grand médecin, chirurgien, ils se sont empressés de donner quelques fonds, relativement substantiels, à l’école où il était étudiant, la meilleure école de la ville, pour qu’il puisse aller dans la filière qu’il voulait. Oh bien sûr les cours l’ennuyaient et il n’avait pas le niveau pour les suivre, mais quand on était, comme lui, le fils unique de la puissante famille Sasazaki, on pouvait bien se passer de ce genre de détails. S’il avait su alors… Mais c’était impensable, inimaginable même.

L’empire Sasazaki était inébranlable, fort, puissant. Mais tout s’est enchaîné rapidement. Un mauvais sort ? Il n’y croyait pas à la magie noire… Et pourtant pour que tout s’effondre ainsi… Déjà la crise financière n’aidait pas les grandes entreprises telles que la Sasazaki International Corporation, l’impact était vraiment important et déjà une vague de licenciements était à prévoir. Mais cette crise était mondiale, alors elle ne touchait pas que cette famille. Le reste… Etait-ce de l’acharnement du sort ? Ca a commencé par un redressement fiscal, son père avait… Oublié… De payer les impôts depuis les quelques dernières années. Déjà ça, ça faisait mal. Ensuite, plusieurs gros contrats avaient été volés par la concurrence, espionnage industriel ? Un gros problème sur un cargo et il se retrouvait au fond de l’océan. Les patrons de l’entreprise, c’est-à-dire les parents de Nao, en avaient été jugés responsables.

A partir de là, ça avait été le long, mais rapide, chemin vers la descente aux enfers. Les journaux s’étaient emparés des différentes affaires, en inventant d’autres, du moment que ça faisait vendre leurs feuilles de chou… Tout était prétexte à leur en foutre plein la tronche, rajoutant même des scandales. Selon certains journaux, son père avait un amant qu’il rencontrait dans les petits hôtels des quartiers sordides. C’était en réalité un ancien ami d’enfance à qui il demandait de l’aide… Un yakuza… Il n’aurait probablement pas dû s’impliquer avec les yakuzas qui avaient ensuite voulu leur part du gâteau, mais là n’était pas le pire. Sa mère, elle, était sensée avoir plusieurs amants, dès qu’elle sortait, rencontrait le moindre partenaire commercial ou industriel, il était catalogué comme son amant, certains disaient même qu'elle se vendait à ces hommes. Et bien-sûr, adultère, homosexualité, prostitution, malversations financières, yakuza… Tout ça à la une de la plupart des journaux, la côte en bourse de l’entreprise s’était effondrée, atteignant des profondeurs abyssales. Les rentrées d’argent étant alors proche de zéro, impossible de payer les fournisseurs, ou même les employés. S’en suivirent des liquidations judiciaires, des saisies sur les biens personnels de la famille, l’entreprise rachetée pour une bouchée de pain par les concurrents. Pour rajouter à tout ça, un violent typhon et le petit avion qui emmenait ses parents vers leur « nouvelle maison » à la campagne qui s’écrasait.

Et Nao dans tout ça ? Il s'était retrouvé du jour au lendemain seul et sans argent. Les requins avaient liquidé tous leurs biens et tout leur argent. Même la maison familiale avait été saisie, surtout après la disparition de ses parents. A partir de là, comment était-il sensé vivre ? Il avait toujours l’école, il lui suffirait d’aller au dortoir… Mais c’était sans compter les frais de scolarité… N’ayant plus d’argent, il ne pouvait plus les payer, malgré les sommes faramineuses que ses parents leur avaient données. A la fin du mois qui avait été payé d’avance, ils l’avaient tout simplement foutu dehors, viré de l’école, n'ayant, selon eux, pas le niveau pour bénéficier d’une bourse, ni même pour simplement suivre les cours. Et comme il était majeur, il n’avait qu’à, selon eux encore, trouver un boulot et s’assumer. Mais comment trouver un boulot quand on n’a jamais travaillé de sa vie et que son nom de famille a été bafoué dans tous les journaux ? Surtout quand on n’a plus de toit pour vivre.

Nao avait réussi à récupérer un peu d’argent et quelques affaires avant de devoir quitter la maison, il avait donc pu rester quelques temps dans un petit hôtel. Mais ensuite il avait essayé de se rapprocher de ses supposés amis. Sur les dizaines qu’il avait, seuls un ou deux lui avaient ouvert, l’accueillant pour une nuit ou deux. N’ayant plus d’argent, il n’était plus intéressant pour ces crevards, ils n’avaient donc plus d’intérêt à être sympa avec lui. Toutes les portes s’étaient fermées devant lui. Pendant les beaux jours, il s'était retrouvé à dormir dehors, sur un banc, dans un parc, ou dans un squat. Mais après quelques conseils d’autres personnes dans la même situation que lui, il s'était résigné à aller dans un manga-café. Au moins il pouvait y laisser ses affaires pendant la journée, le patron était assez gentil pour le lui permettre. Même si c’était peu, ça réchauffait le cœur, surtout quand tout le monde autours te tourne le dos. En plus au manga-café, il y avait des douches et de quoi manger pour pas trop cher juste à côté.

Mais même pour ça, il fallait payer. Nao s'était alors mis en quête des moindres petits boulots qu’il pouvait avoir et avait dû apprendre sur le tas à se débrouiller. Sa fierté ? Ravalée depuis longtemps, il ne pouvait pas se permettre de faire la fine bouche. Tout y était passé alors, livreur de journaux, distributeur de mouchoirs dans les rues, plongeur dans les restaurants, serveur dans les bars, danseur et hôte dans les clubs miteux, gigolo parfois même, son physique agréable le lui permettait, mais vendre ainsi son corps était vraiment des plus dégradant, il ne l’avait fait que lorsqu'il n'avait plus d'autre choix. Il passait beaucoup de temps aussi à danser dans la rue, essayant d’attirer les spectateurs et récupérer ainsi quelques pièces. Il avait découvert aussi les foyers d’urgences pour les SDF, ces endroits où on pouvait trouver de quoi manger, de quoi vivre simplement, avec des bénévoles qui étaient là pour aider. Pour se rendre là-bas, il fallait vraiment être au fond du trou, mais parfois le choix était limité pour survivre. Dans sa vie d’avant, jamais il n’aurait pensé à ces gens, ils n’étaient pas assez important pour qu’il daigne ne serait-ce que les regarder… Mais maintenant… Maintenant il les voyait d’un œil neuf, grâce à eux il avait réussi à survivre. Il avait aussi découvert l’entraide, la chaleur que ce qu’un simple « merci » procure quand tu aides quelqu’un, ou quand quelqu'un t'aide sans rien attendre en retour. Tous ces être qu’avant il trouvait imbéciles parce qu’ils étaient trop gentils, aidants, généreux, trop niais pour faire partie de l’élite… A présent il savait que c’était lui et ses « amis » qui étaient les imbéciles, superficiels, vindicatifs, matérialistes. S’il avait été comme eux, sans doute s’en serait-il mieux sorti.

Après un an passé dans la rue, une très mauvaise grippe le frappa. Sans l'aide d'un ange, il serait sûrement mort dans un coin de rue. Ce jeune homme l'avait soigné, nourri, protégé, sans rien attendre en échange alors qu’il était vraiment mal en point, pendant quelques semaines, tombant lui-même malade après l’avoir soigné. Grâce à lui il a réappris quelques bons côtés que pouvait avoir la vie, qu’elle n’était pas que le froid, la faim, la solitude, les regards de pitié, de dégoût. Il lui avait rendu sa dignité humaine et sa foi en l'humanité. Il n’avait jamais vu de sourire aussi sincère lui être adressé. Dans ce sourire, il n’y avait ni convoitise, comme dans ceux de ses anciens amis, ni pitié, comme ceux qui le croisaient dans la rue, ni envie, comme ceux qui pensaient pouvoir s’amuser avec lui pour quelques pièces. Non dans son sourire il n’y avait que douceur, générosité, gentillesse et tendresse. Avec lui il avait redécouvert des sentiments qu’il avait depuis longtemps oubliés, voire qu’il n'avait jamais connu, comme la douceur, la chaleur, la tendresse, et l’amour, même si ça n'avait duré que quelques semaines, il avait retrouvé un semblant d'espoir.

Mais un jour, alors qu'il était enfin guéri, il était allé chercher ses affaires au manga café et la police lui était tombée dessus. C’est bien connu, au Japon, la politique veut que les rues des villes soient belles et propres, et la présence de SDF n’aident pas à véhiculer cette image. Ces personnes sont alors conduites hors de la ville, expulsées vers les campagnes où leur présence gêne moins. Nao faisait partie de ces personnes, de nombreuses personnes l’avaient vu faisant la manche, dormant dehors, et le patron du manga-café ne pouvait nier l’évidence. Il était un SDF, il ne pouvait donc plus rester là. Il avait bien essayé de se défendre, de leur expliquer que maintenant il avait un endroit où vivre, en espérant que le petit ange veuille bien me garder. Mais il n’avait que son prénom, n’ayant pas son numéro de téléphone, et son adresse, il ne la connaissait pas, sachant juste comment y aller, mais sans savoir le nom de la rue. Pour la police, ce qu’il disait n’était qu’une vaine tentative pour essayer de rester, il fut donc expulsé sans autre sommation.

Retourner à Tokyo et retrouver son ange n'était pas envisageable, ce fut le cœur une nouvelle fois déchiré qu'il prit la route pour s'éloigner de ce lieu où il n'avait plus sa place. Rester si proche de son ange sans pouvoir le voir de nouveau était trop difficile. Il marchait beaucoup, se débrouillant pour trouver de quoi se nourrir, dormant dans des petits coins plus ou moins sûrs ou confortables. Il trouva plusieurs fois de gentilles personnes qui le prirent en stop, lui évitant ainsi de devoir marcher. Où devait-il aller ? Où le mènerait la chance, ou les personnes qui le prenaient en stop. Tout ce qu'il espérait, c'était que dans une nouvelle ville, il arriverait à se reconstruire, à ne plus avoir à vivre dans la rue, il ne survivrait sans doute pas longtemps encore dans une telle misère.

C'était ainsi qu’il débarqua un jour à Kyoto. Les dernières personnes qui l'avaient pris en stop le laissèrent dans un endroit proche du centre ville, avec un peu d'argent et de la nourriture pour quelques jours. Avec cet argent, il aurait pu dormir quelques nuit à l'hôtel, mais il préféra économiser et aller dans un manga-café. La journée, il se trouvait un petit coin dans une rue pas trop passante, mais pas déserte, pour danser au son d’un petit poste cd à piles qu'il avait récupéré, espérant attirer les passants qui lui laisseraient peut-être quelques petite pièces.



Autres


Il adore les fraises, et tous les produits à base de fraise, mais c'est tellement cher qu'il n'en a pas mangé depuis bien longtemps.
Tout ce qu'il possède tient dans un sac à dos et un sac plastique.
N'est connu que sous le nom Nao, n'utilise plus son nom de famille et déteste son vrai prénom.


• Vous


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Je soussigné(e) Niko Sasazaki déclare être majeur(e) et avoir pris connaissance du Règlement du Forum, tant RP que Hors-RP, rédigé par le Staff.

Pseudo » Helly
Âge » 30 et des brouettes
Sexe » féminin
Comment avez-vous connu le Blue Boy Forum RPG yaoi ? » hehe je suis déjà un petit lapinou avide de calinous
Un petit commentaire ? » Une petite pièce ?




Dernière édition par Niko Sasazaki le Lun 12 Mar 2018 - 12:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simple Citoyen
avatar

Nombre de RPs : 15

Feuille de personnage
Nationalité: Italo-japonaise
Âge: Tout juste 20 ans
Situation: Célibataire

MessageSujet: Re: Nao - Danseur de rue (sdf accessoirement)   Lun 12 Mar 2018 - 8:40

Re-welcome ^^ Du coup t'as gardé le vrai nom de nao chéri lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
¤ Kiki de tous les Kiki ¤
Membre du Club
avatar

Nombre de RPs : 365

Feuille de personnage
Nationalité: Japonaise
Âge: 29 ans
Situation: Célibataire

MessageSujet: Re: Nao - Danseur de rue (sdf accessoirement)   Mer 14 Mar 2018 - 4:49

Et bien je n'ai rien à redire. Ta fiche est intéressante et bien écrite (ah bah si, tout compte fait j'avais quelque chose à dire :p). Validée !

Tu sais quoi faire pour la suite ! Bon jeu ~

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueboy.frbb.net/t2513-kiba-tenkai-policier#24200

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nao - Danseur de rue (sdf accessoirement)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nao - Danseur de rue (sdf accessoirement)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» arme à 2M et danse de danseur de guerre.
» Recherche danseur à la hauteur. [ Wyatt ]
» Le danseur de mots.
» Danse ta vie vie, danse [Alex]
» Danses des Danseurs de guerre Elfes sylvains

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• Blue Boy ~ RPG Yaoi • :: ~>• Contexte et personnages • :: • Personnages • :: • Fiches validées :: Citoyens-