• Blue Boy ~ RPG Yaoi •


 
AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
~ Forum RPG classé NC-18 : Yaoi & Lemon ~
Relations explicites entre hommes. Vous êtes prévenu(e)s.

Partagez | .
 

 Atsushi Seiko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membre du Club
avatar

Nombre de RPs : 2

Feuille de personnage
Nationalité: Japonaise
Âge: 34 ans
Situation: Célibataire

MessageSujet: Atsushi Seiko    Lun 2 Oct 2017 - 10:21

Atsushi Seiko




Surnoms »

Âge » 34 ans

Nationalité » Japonais

Métier » Ecrivain

Orientation sexuelle » Bi (je dirais même pan vu le personnage mais je ne sais pas si c'est possible)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Apparence physique

Malheureusement pour Atsushi, il ne fait partie de ces garçons beaux comme des dieux sur lesquels les regards s’attardent. Cependant, cela ne veut pas dire qu’il est dénué de charme bien au contraire…

Du haut de son mètre soixante-seize, Atsushi est un peu plus grand que la moyenne et son allure dégingandée ne trompe pas sur sa maladresse. Plutôt mince, il a pourtant une silhouette athlétique qu’il a acquis à force de longue promenade pour trouver l’inspiration. Ces mains, longues et fines, cachent sous leur apparente fragilité, une poigne de fer.
Atsushi n’a véritablement rien d’exceptionnel, si ce n’est son épaisse tignasse d’un brun profond et constamment en bataille. Il déteste les porter longs et les coupe avant même qu’ils viennent chatouiller ses oreilles. Ainsi son visage est toujours dégagé et laisse voir des traits fins et délicats, emplis d’une bonhommie qui en dérouterait plus d’un… Sa peau est pâle, laiteuse aussi douce quelle le laisse paraître. Elle rougit souvent par gêne ou timidité. Ce visage délicat est animé par deux prunelles noisettes dont les regards semblent toujours aussi placides que rêveurs. Une lueur d’angoisse vient parfois ternir la douce quiétude qui les habite. Si l’on descend un peu plus bas on distingue un nez droit, des lèvres charnues qui sont souvent rouges et brûlantes à force d’être mordillées lors de longues séances d’écriture. Cette bouche laisse aussi entendre une voix grave et chaude qui contraste avec le gabarit de son propriétaire
Caractère

Beaucoup décrive Atsushi comme quelqu’un de mystérieux, de secret. Il apparait très détaché ce qui lui donne souvent des airs froids et distants. La vérité est tout autre…
Atsushi est quelqu’un d’attentif, qui observe et décortique tout ce qui l’entoure, dans l’espoir d’y trouver une source d’inspiration. L’écriture, son travail, a une place essentielle dans sa vie et conditionne énormément son comportement. C’est une personne très sensible qui perçoit la beauté là on ne penserait jamais la trouver. Pourtant, il montre assez rarement son émerveillement et reste bien souvent impassible, incapable d’exprimer physiquement ce qu’il ressent… Tout passe par l’écriture… D’ailleurs il parle peu. Il peut passer des semaines sans prononcer un mot à qui que ce soit, absorbé par son travail ou par la réflexion (mais souvent son éditeur vient le rappeler à l’ordre inquiet pour sa santé mentale). Atsushi à un goût prononcé pour la solitude, qui est, selon lui, la meilleure des compagnes pour un écrivain. Pourtant, si vivre seul et avoir un cercle restreint de connaissance ne le dérange pas, il souffre de n’avoir jamais rencontré une personne capable de faire naître en lui ce sentiment tant redouté et désiré qu’est l’amour. Même s’il ne l’a jamais avoué à personne cette recherche l’obsède et l’angoisse tout à la fois… Si Atsushi ignore tout de l’amour, il connaît bien le désire... Il sait même faire preuve de sensualité. Il aime ces instants ou il n’est plus question que de deux corps qui se découvrent et se goûtent. Il oublie tout…
Malgré ces quelques travers Atsushi est une personne douce et patiente, mais aussi très attentionnée. En effet, il essaie aussi d’être le plus arrangeant et le moins contrariant possible. Il est assez bonne pâtes et se mets rarement en colère. Atsushi adore les animaux et cela est parfois gênant… Il peut s’arrêter en plein milieu de la rue afin de caresser le chien d’un passant ou aller à la rencontre d’un animal jouant dans un parc. Il est souvent pris pour un illuminé, quand d’autres y voit beaucoup d’innocence. D’ailleurs il a un petit chien : Fusain. Il adore cette petite boule de poils qui lui fait la fête pour tout et rien.


Particularités


Atsushi a les yeux très rouges quand il est fatigué et n’arrête pas de les frotter. Il a d'ailleurs souvent de l'eczéma au niveau de la paupière.

Il fume énormément et surtout quand il écrit.


Famille

Les deux parents d'Atsushi sont décédés il y a quelques années, il a fait difficilement leur deuil et il va régulièrement prendre soin de leur tombe. Il n'a ni frère ni sœur, et aucun contact avec le reste de sa famille.

Il a une relation plus ou moins intime avec son éditeur mais ce n'est pas quelques chose de sérieux.

Il a Fusain son chien qu'il adore. Atsushi est très protecteur envers lui.


Histoire

Lundi 2 octobre 2017 :

Voilà maintenant deux ans que j’écris chaque soir ce « journal » que l’on peut dire intime… Deux ans et déjà quatre carnets de gribouillés. Ces sur feuilles que j’ai couché mes pensées les plus profondes et secrètes. Si une personne venait à les lire elle en saurait certainement plus sur moi que n’importe quel autre de mes proches. En effet, je ne peux que constater mon incapacité à me confier à quiconque. Cela n’est que l’un des nombreux symptômes de mon échec à tisser et entretenir des relations stables et durables avec les autres.

Ce rendez-vous du soir, où je consigne précieusement quelques fragments de ma journée, m’est devenu essentiel sinon vital. Je crois que cela me rattache au réel à la « vraie vie » … Il faut dire que je passe ma journée à imaginer et écrire des romans, à vivre plonger, immergé dans la fiction et mes rêves. Je pense que sans ce journal j’aurais peut-être perdu pieds avec le quotidien… Je serais peut-être devenu comme ces artistes fous qui finissent par vivre en ermite perdu dans leur monde intérieur…

J’ai maintenant 34 ans et il m’est de plus en plus difficile de lutter contre cette inclinaison naturelle à, il faut le dire, une forme de solitude. Je ne suis pas misanthrope, encore moins égocentrique ou renfermé sur moi-même. Je suis écrivain, mon métier a pour vocation de faire voyager, rêver les autres. Chaque page que j’écris a pour objectif de faire ressentir à mes lecteurs l’intensité des émotions qui m’ont envahi lors de mes instants créatifs. Mes ouvrages, ma vie en quelques sorte, forment une immense correspondance entre moi et mon lectorat certes restreint. En effet, on me reproche souvent d’être un auteur « difficile », de ne pas être accessible à tous… Beaucoup de critiques littéraires dénoncent mon écriture trop dense qui devient presque étouffante et mes références à la littérature occidentale qui n’aident pas à la compréhension. J’en suis attristé, car j’y vois là une incompréhension de mon œuvre… Nul besoin d’avoir fait 8 années d’études supérieures pour ressentir des émotions. Cela à des conséquences sur la réception de mon œuvre, la plupart de mes lecteurs sont des universitaires qui trouvent mon style délicat et recherché ou par une certaine intelligentsia qui y voit une source de création et d’inspiration. J’en suis assez flatté. Parmi mes lecteurs assidus je peux même compter mon directeur de thèse M. Ito … Je crois pouvoir dire que nous sommes amis. Il faut dire que notre relation est ancienne et quelle repose avant tout sur un sentiment d’admiration réciproque. Il m’avait repéré dès ma 3e année universitaire en cours de littérature européenne. C’est d’ailleurs grâce à lui que j’ai pu faire ma 4e et 5e années en France. C’est aussi grâce à lui que j’ai pu découvrir la littérature française et la place si particulière qui occupe « l’amour ». Dans les romans, la poésie, la dramaturgie et même la philosophie française l’amour semble être le moteur de toutes créations. Il peut être tour à tour cruel, perfide, tragique, passionnel, mais toujours sublime. Cet amour si puissant je me demande s’il existe vraiment… Je n’ai jamais rien ressenti de pareil au cours de mes 34 années d’existence et je ne connais personne capable d’accueillir un sentiment si beau mais destructeur… Je crois qu’au fond de moi j’aimerai ressentir et vivre cet amour. J’ai l’intime conviction que cela m’apporterait quelque chose qui pour l’instant m’échappe et me fuit. Je dois dire que la recherche de cet amour m’obsède de plus en plus… Cela grandi en moi depuis mes 22 ans. J’ai fait ma thèse sur le traitement de l’amour dans la littérature française et japonaise qui a été largement saluée par mes pairs et m’a permis d’avoir une petite notoriété dans la sphère si fermée des spécialistes de la littérature au Japon. Ces parmi eux que je compte la majeure partie de mes connaissances et fréquentations… Il faut dire que je n’ai pas beaucoup d’amis, et que je n’ai plus vraiment de parents proches…
Je me rends compte d’ailleurs que je n’ai jamais abordé le sujet de ma famille, de mon enfance dans mes carnets et qu’ils sont en grande partie consacrés à la recherche infructueuse de cet « amour » absolu…Enfin, je devrais me livrer ici…

Je viens d’une famille tokyoïte bourgeoise sans aucun doute. Une famille qui m’a permis de ne jamais manquer de rien. Manque de chance pour l’auteur que je suis, et qui aurait pu écrire sur les affres d’une enfance sans amour parental, j’ai été très aimé et choyé par mes parents. Je n’ai pas de frère ou de sœur ce qui explique peut-être mon gout pour la solitude et mon imagination débridée. Cette dernière a été nourrie par ma mère professeur de littérature au lycée. Une femme ambitieuse, qui venait d’un milieu très modeste, et qui s’est littéralement battue pour faire des études. C’était une personne très assurée, pleine de confiance, juste… Je crois que j’ai eu la meilleure des mères pour le petit garçon sensible et rêveur que j’étais. Sans elle je ne serai jamais devenu un « homme » … Mon père quant à lui était architecte. C’était un père plutôt présent, même si c’était essentiellement pour les bons moments. Il s’intéressait sincèrement à moi, et répondait parfaitement au rôle de père japonais de son époque. Il venait d’une famille plus aisée que ma très chère mère. Cependant, son ambition et ses études ont certainement permis son intégration au sein d’une famille paternelle très attachée à la réussite sociale et aux apparences.
Mon père est décédé il y a 5 ans et ma mère l’a suivi il y 3 ans. Tous les deux sont partis paisiblement dans leur sommeil… Je vais régulièrement sur leur tombe déposer des fleurs. Je ne désire pas rendre leur disparition larmoyante, je les ai assez pleurés.

Je suppose qu’il est de mon devoir faire preuve d’une transparence totale quant à mon passé et je ne peux donc pas faire l’impasse sur cette partie non négligeable qu’est mon parcours scolaire…
Contre tout attente jusqu’à mon entrée à l’université je n’étais pas un élève extrêmement brillant. Le lycée s’illustre par une rigueur à respecter un cadre et des règles que j’étais, et que je suis toujours, bien incapable d’appliquer. Enfin, l’université a été pour moi une vraie révélation. Je me suis inscrit en littérature et c’est à partir de là qu’on a commencé à réellement apprécier mon travail. Mes professeurs trouvaient mes analyses très fines et mes réflexions pertinentes. C’est aussi là que je me suis vraiment mis à l’écriture… Depuis que je sais écrire je me suis toujours amusé à créer de petites histoires, mais jusqu’à mes 19 ans j’étais honteux. J’avais honte car ces écrits, qui par rapport aux auteurs que je pouvais étudier, me paraissaient bien idiots. Il a fallu attendre un cours d’écriture créative, mené par un professeur américain intégré à un programme d’échange universitaire, pour qu’on me dise que j’ai du talent. Le devoir et unique note du semestre était constitué par l’écriture d’une nouvelle de 20 pages ni plus ni moins. Mon professeur m’a convoqué dans son bureau à la fin du semestre. Il me confia être bien incapable de me mettre une note… Selon lui j’avais produit un travail qui n’était pas celui d’un étudiant, mais d’un artiste et il lui était impossible de le noter. C’est la première personne qui m’a fait prendre conscience de mon « talent » … Cette chose secrète que je ne voyais que comme un loisir et dont je ne parlais à personne était un trésor. C’est comme ça que ma carrière d’écrivain/étudiant a débuté. Je publiais mon premier livre un an plus tard, j’avais 20 ans…

Je sais bien que tout ça doit sembler décousu, mais la perception même que j’ai de mon existence n’est pas linéaire. Elle est pour moi un amas de petits éclats, d’évènements qui n’ont pas forcément de liens entre eux mais qui ont une signification et ont permis de faire l’homme que je suis aujourd’hui…

Si je dois parler de ma vie dans ce qu’elle a de plus terre à terre, je dois aussi vous parler des quelques personnes qui ont partagé mon quotidien… Ils/elles sont peu nombreux et nombreuses. Mon premier émoi je l’ai eu à 16 ans pour une fille de mon lycée… il ne s’est rien passé de physique entre nous d’ailleurs elle n’a jamais su que je l’aimais. Notre relation c’est limité à de longues lettres anonymes que je glissais dans son casier. Je la regardais lire avec attention mes billets et je pouvais voir le bonheur que cela lui procurait, mais je ne me suis jamais déclaré… cela à durer un an et puis j’ai trouvé ça cruel de lui faire attendre un amoureux qui ne viendrait jamais. Ma deuxième histoire de cœur se noua avec ce professeur américain… Je ne ressentais pas grand-chose pour lui sinon une immense gratitude pour m’avoir fait prendre conscience de mon talent pour l’écriture. Avec lui ce fut surtout physique. Il était si exotique pour moi avec ses cheveux blonds, ces yeux verts cette assurance très occidentale. J’étais curieux, et je n’ai plus honte de dire aujourd’hui que tout simplement il m’excitait. Notre relation à durer jusqu’à mon départ en France. Nous ne nous sommes plus jamais parlés par la suite. En France, je n’ai eu d’aventures qu’avec des femmes. Surtout une…Les étudiants étrangers ont droit en France à des cours de langue et un tutorat assuré par plusieurs élèves pour renforcer l’accompagnement. Tout s’est fait naturellement entre Juliette et moi. J’habitais plus chez elle que dans ma chambre du foyer universitaire. Elle était elle aussi en littérature et je pense que pendant un temps j’ai cru vivre et avoir trouvé « l’amour » … Malheureusement j’ai compris que ce bonheur, qui n’était pas factice, n’avait rien à voir l’amour sublime. Il était la simple conséquence de notre situation estudiantine qui nous donnais accès à une liberté que nous ne connaîtrions plus jamais. Nous nous sommes dit au revoir sans larmes ou tristesse.
Mon retour au Japon a surtout été marqué par le travail. Le travail pour ma thèse, mes ouvrages, mais aussi le début de ma vie d’adulte et tout ce que cela implique… Ce n’est que vers mes 29 ans que j’ai laissé quelqu’un m’approcher… C’était et c’est toujours mon éditeur, je ne sais quels sont ses sentiments envers moi, nous nous voyons toujours un peu. C’est actuellement la personne avec qui j’ai le plus de contacts même si depuis que je fréquente le Blue boy je me suis éloigné. D’ailleurs, je me rends compte que le début de la tenue de ces journaux correspond à quelques mois près à mon inscription à ce club… Comme si ma vie n’avait jamais valu la peine d’être écrite jusqu’à présent ou peut-être est-ce la peur de tomber dans l’oubli…
C’est vrai que depuis quelque temps cette angoisse sourde monte en moi…. Je n’ai de lien nulle part et avec personne. Je e suis si peu doué pour faire des rencontres que je me suis décidé à acheter la compagnie de quelques belles personnes. Cela me donne l’illusion de compter dans l’existence de quelqu’un. Quand je suis aux Blue Boy je me sens bien presque mieux que chez moi. Toute cette chaleur m’inspire et je crois que si j’écris encore aujourd’hui c’est grâce à l’énergie que m’insuffle ce lieu.

Je crois que mon devoir d’introspection va s’arrêter là pour aujourd’hui. Ces quelques pages m'ont jeté dans un trouble immense et je ne sais pas si j’arriverais à dormir cette nuit.


Autres


Atsushi habite une petite maison avec un jardinet où il cultive quelques légumes. Il y a un chien : Fusain. C'est un petit spitz nain très énergique.


• Vous


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Je soussigné(e) Atsushi Seiko déclare être majeur(e) et avoir pris connaissance du Règlement du Forum, tant RP que Hors-RP, rédigé par le Staff.

Pseudo » Musyne
Âge » 23 ans
Sexe » féminin
Comment avez-vous connu le Blue Boy Forum RPG yaoi ? » Google
Un petit commentaire ? » Vos prédéfinis sont tous super intéressants j'ai mis quatre jours à me décider pour Atsushi.



Dernière édition par Atsushi Seiko le Mer 4 Oct 2017 - 17:09, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueboy.frbb.net/t4147-atsushi-seiko
Cœur d'or
avatar

Nombre de RPs : 38

Feuille de personnage
Nationalité: Grec- japonais
Âge: 27 ans
Situation: En recherche

MessageSujet: Re: Atsushi Seiko    Lun 2 Oct 2017 - 12:38

bienvenue a toi et bonne continuation pour finir ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueboy.frbb.net/t4098-alphecca-agape-non-fini-citoyenmembre
Membre du Club
avatar

Nombre de RPs : 2

Feuille de personnage
Nationalité: Japonaise
Âge: 34 ans
Situation: Célibataire

MessageSujet: Re: Atsushi Seiko    Lun 2 Oct 2017 - 15:47

Merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueboy.frbb.net/t4147-atsushi-seiko
Educateur
avatar

Nombre de RPs : 336

Feuille de personnage
Nationalité: Japonaise
Âge: 27 ans
Situation: En couple

MessageSujet: Re: Atsushi Seiko    Lun 2 Oct 2017 - 17:13

Bienvenuuuuuue jeune padawan ! Heureux de voir que nos prédéfs font des émules !

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueboy.frbb.net/t2514-sosuke-mori-hote
Plante folle
avatar

Nombre de RPs : 70

Feuille de personnage
Nationalité: Japonaise
Âge: 36 ans
Situation: Célibataire

MessageSujet: Re: Atsushi Seiko    Mar 3 Oct 2017 - 8:28

Bonjour et bienvenue !
Bon courage pour la fin de ta fiche :)

_________________
"De toutes les couleurs qui existent, le rouge est celle qui voyage le plus loin."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueboy.frbb.net/t3799-axel-rease#40826
¤ Kiki de tous les Kiki ¤
Membre du Club
avatar

Nombre de RPs : 346

Feuille de personnage
Nationalité: Japonaise
Âge: 29 ans
Situation: En couple

MessageSujet: Re: Atsushi Seiko    Mar 3 Oct 2017 - 14:35

Bienvenue !!

Je suis tombé amoureux de ton style d'écriture !! *__* Hâte de voir ta fiche terminée !!

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueboy.frbb.net/t2513-kiba-tenkai-policier#24200
Membre du Club
avatar

Nombre de RPs : 2

Feuille de personnage
Nationalité: Japonaise
Âge: 34 ans
Situation: Célibataire

MessageSujet: Re: Atsushi Seiko    Mer 4 Oct 2017 - 17:28

Merci à tous pour votre accueil ! Vous êtes adorables

Je pense avoir terminé ma fiche. J'espère que ça ira !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueboy.frbb.net/t4147-atsushi-seiko
¤ Kiki de tous les Kiki ¤
Membre du Club
avatar

Nombre de RPs : 346

Feuille de personnage
Nationalité: Japonaise
Âge: 29 ans
Situation: En couple

MessageSujet: Re: Atsushi Seiko    Jeu 5 Oct 2017 - 11:57

"J'espère que ça ira" ? Tu rigoles ? Elle est trop belle ta fiche !! Elle est donc validée sans problème !

Tu pourras créer ton [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], pour la suite (pas obligatoire mais conseillé)-
Tu peux chercher un partenaire de jeu dans le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], et éventuellement demander un [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

Bon jeu =)

PS : Je te demanderais de remplir ton profil/ta feuille de perso. Merci ^^

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueboy.frbb.net/t2513-kiba-tenkai-policier#24200

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Atsushi Seiko    

Revenir en haut Aller en bas
 

Atsushi Seiko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» FB : Le Bal de l'horreur [Pv. Bear D. Seiko]
» Humiliation précoce [PV Seiko]
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ? ] -Hentaï-
» | Récompenses de Seiko Sanzashi |
» Mission de rang C - Le professeur remplaçant (PV: Atsushi, Kyûji Hyûga)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• Blue Boy ~ RPG Yaoi • :: ~>• Contexte et personnages • :: • Personnages • :: • Fiches validées :: Membres du Club :: Membres-