• Blue Boy ~ RPG Yaoi •


 
AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
~ Forum RPG classé NC-18 : Yaoi & Lemon ~
Relations explicites entre hommes. Vous êtes prévenu(e)s.

Partagez | .
 

 Rei Okada [Yakuza - Kyodai des Ryûketsu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kyodai de la Famille Ryuketsu
avatar

Nombre de RPs : 179

Feuille de personnage
Nationalité: Japonaise
Âge: 25 ans
Situation: Célibataire

MessageSujet: Rei Okada [Yakuza - Kyodai des Ryûketsu]   Jeu 25 Avr 2013 - 23:52

¤ Carte d'identité ¤


    Nom : Okada
    Prénom : Rei
    Surnom : A vous de lui en trouver un.

    Age : 26 ans
    Nationalité : Japonaise
    Groupe sanguin : O négatif
    Taille : 1m74
    Métier : Yakuza – Shatei. devenu Kyodai  

    Orientation sexuelle : Homo
    Préférence sexuelle : Versatile et sans préférence.



¤ Descriptions physique et mentale ¤


    ~ Caractère ~

    Malgré ses airs parfois durs, Rei n’est pas foncièrement méchant. Il ne faut pas lui marcher sur les pieds, c’est tout. Si c’est le cas, il peut se montrer violent. Ayant grandi dans un orphelinat, il a bien dû apprendre à se défendre et à rendre les coups des plus grands qui se croyaient tout permis face aux plus jeunes. Il est d’ailleurs bon bagarreur et s’entraîne fréquemment au combat. C’est toujours un plus, si ce n’est une obligation, dans le monde violent des yakuzas. La loi du plus fort, il y croît et l’applique. Pourtant, il n’est pas la brute épaisse que l’on pourrait croire lorsqu’on le voit se battre. Il est plutôt du genre à réfléchir un minimum avant d’utiliser les poings. Mais malgré le sang chaud circulant dans ses veines, il sait encaisser et se la fermer lorsqu’il est face à un supérieur. Les yakuzas l’ont adopté et il leur en est reconnaissant. Il ne sera donc jamais irrespectueux devant les kyodai, les lieutenants et encore moins l’Oyabun.

    En dehors de son rôle de shatei, Rei est d’assez bonne compagnie lorsqu’il le veut. Si la personne lui semble sympathique, il n’hésitera pas à engager la conversation avec celle-ci. Il aime le contact avec les gens, peut-être à cause de sa peur de la solitude. Son enfance et même son adolescence, il les a vécues pour ainsi dire seul. Alors, dès qu’il peut trouver de la compagnie, il ne s’en prive pas. Mais il ne se montre pas vraiment lui-même devant les gens. Il paraît détaché et parle librement mais c’est seulement pour attirer la sympathie des gens. Il ne se dévoile jamais mais à force de l’entendre parler, on croît le connaître. La seule personne ayant réussi à briser sa carapace et à avoir compris qui il était vraiment était Izumi, son ex.

    Rei est un bon fêtard. Il aime passer la nuit dehors et rentrer au petit matin, seul ou accompagné. Le yakuza n’est pas ce qu’on peut appeler un coureur mais comme tout homme, il a des besoins. Généralement, il recherche plutôt les coups d’un soir, surtout après que son ex, la seule personne avec qui il ait tenté une relation sérieuse, l’ait quitté. La raison ? Son appartenance à la mafia. D’un côté, c’est compréhensible. Son ex était flic après tout. Mais Rei, déjà bien blessé jusque-là, a eu du mal à s’en remettre. S’en est-il seulement remis ? Même s’il n’y pense pas, son comportement d’abeille butinant à droite à gauche doit être lié à cette douloureuse rupture. Il a beau ne pas vouloir être seul, il se sent pour le moment incapable de se recaser, par peur de se faire à nouveau jeter.

    Rei déteste les gens qui se plaignent à longueur de temps. Il les laisse parler ou alors les envoie directement balader. Chacun ses propres problèmes. A quoi ça sert d’écouter ceux des autres franchement ? Ils sont assez grands pour les régler tous seuls, non ? Comment fait-il lui ? Il s’en est toujours sorti tout seul. Il n’a peut-être pas fait les bons choix mais ne le vit pas trop mal. Il a fini voyou, et alors ? Ça lui permet d’avoir un toit sur la tête et de bons repas dans l’estomac. Et en faisant partie de la mafia, il a l’impression d’appartenir à un groupe, de ne pas se sentir seul.

    En résumé, Rei joue parfois les mauvais garçons ou le gars ouvert mais ce n’est qu’un rôle. Au fond, ses cicatrices le font encore souffrir et sa peur de la solitude l’empêche ironiquement de vivre une histoire sérieuse car il ne veut pas se faire à nouveau jeter et se retrouver encore seul.
    ~ Physique ~

    Japonais pure souche, Rei a tous les traits d’un Asiatique, même si ce n’est pas forcément visible au premier coup d’œil à cause de sa chevelure décolorée châtain. C’est sa façon de se différencier, en plus de son look décontracté voire savamment négligé. Pas qu’il soit sale mais il aime par exemple porter un jean troué ou un t-shirt trop grand et délavé. Il se sent plus à l’aise ainsi et cela colle bien avec son côté « bad boy », auquel on peut ajouter un anneau à l’hélix et bien évidemment son irezumi (tatouage) dans le dos symbolisant une [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et le symbole d’appartenance aux Ryuketsû.
     
    Le jeune homme mesure 1m74, à peine deux centimètres au-dessus de la moyenne nationale. Sous sa peau se dessinent des muscles bien sculptés. Le yakuza fait régulièrement du sport, sans excès pour éviter de ressembler à une armoire à glace. Il lui arrive de courir, des écouteurs enfoncés dans les oreilles, mais le plus souvent, il s’entraine dans une salle de musculation ou sur un ring pour améliorer ses techniques de combat. D’ailleurs, en parlant de combats, son corps en porte quelques souvenirs… Rien de bien méchant, de simples petites cicatrices, à part une un peu plus longue sur son flanc gauche, infligée par une lame de couteau qu’il n’avait pas réussi à esquiver convenablement. Cela lui a valu plusieurs points de suture.  

    A part ça, que dire ? Comme tout Asiatique, Rei a les yeux en amande et de couleur foncée. Ceux-ci laissent passer ses émotions, peut-être un peu trop au goût du yakuza mais il n’arrive pas à résoudre ce problème. Autrement, le jeune homme a quelques poils au menton mais difficile d’avoir une vrai barbe avec une pilosité peu développée. Néanmoins, il tient à son petit bouc. Cela lui donne un côté plus viril.
    ~ Particularités ~
    - Tatouage : une [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et le symbole de la famille Ryuketsû dans le dos.
    - Piercing : un anneau à l’hélix droit.
    - Cicatrices : quelques fines cicatrices par-ci par-là et une plus longue sur le flanc gauche.
    - Manies : fumer ou lorsqu’il ne peut pas, mâchouiller quelques choses (crayon, collier…).
    - Habitude : porter un couteau à sa ceinture. Il évite les armes à feu.
    ¤ Histoire ¤

    Famille : Rei a perdu ses parents à l’âge de six ans. Il n’en a pratiquement plus aucun souvenir. Il n’a aucun frère ni sœur. Pour ce qui est d’oncles, tantes ou autres, il n’en a pas connaissance. Il n’a jamais vraiment cherché à le savoir, se disant que si un membre de sa famille existait vraiment, celui-ci serait venu le chercher à l’orphelinat. La seule famille qu’il a maintenant est le clan Ryuketsû.

    Histoire :

    Rei a peu de souvenir de sa vie avant l’orphelinat ou du jour où il y est arrivé. A ses yeux, c’est comme s’il y avait toujours vécu. A ce qu’on lui a dit, ses parents seraient morts dans un accident de voiture et il s’est toujours accroché à cette idée, ne cherchant pas à le vérifier. A quoi bon ? Ça ne les ferait pas revenir à la vie. Le garçon a donc grandi entouré d’autres orphelins et d’éducateurs. Enfant, les seules fois où il sortait de l’établissement, c’était pour aller à l’école. Au début, il était enthousiaste de s’y rendre, fier avec son cartable, ses cahiers et ses crayons. Mais il déchanta bien vite en comprenant qu’il n’était pas comme les autres. Il n’avait pas de parents lui. Et, les enfants n’étant jamais tendres entre eux, ou bien de manière générale les gens rejetant ce qui ne leur ressemblait pas, le petit Rei se retrouva souvent seul dans la cour de l’école, comme à l’orphelinat d’ailleurs. Il n’arrivait pas à se faire à cet endroit. Les autres enfants pouvaient comprendre sa douleur mais il ne voulait pas en parler, comme si cela allait aggraver les choses…

    L’orphelinat, comme l’école, avait son lot d’imbéciles qui se croyaient les plus forts car ils étaient plus âgés. Rei en fit les frais à plusieurs reprises, se faisant bousculer, raquetter et parfois frapper. Mais à force d’encaisser, il finit par en avoir assez et finit par répliquer. Ce fut à cette époque que le garçon apprit à se défendre et à se battre. La vie ne l’avait pas gâté mais il n’allait pas laisser les autres la pourrir encore plus. Il ne voulait pas être une victime. Rei se forgea un caractère de dur à cuir, mais utilisant seulement ses poings pour se défendre, pas pour s’en prendre à plus faible que lui. Que voulez-vous, il a toujours eu un bon fond.

    Durant l’adolescence, il flirta avec quelques filles de l’établissement. C’était de son âge et il voulait faire comme les autres. Mais il comprit bien vite que les filles, ce n’était pas son truc. Bien sûr, il les trouvait bien mignonnes mais elles ne réveillaient en lui aucun désir. Par contre, on ne pouvait pas en dire autant de l’autre sexe… En découvrant son orientation sexuelle, Rei se sentit encore plus en marge. Il renforça sa carapace et joua un rôle qui ne lui ressemblait peu en mentant lorsque ces camarades parlaient de leurs expériences. C’était le mieux qu’il puisse faire pour ne pas se retrouver complètement seul.

    Puis vint le jour de sa majorité, ses vingt ans. Il pouvait légalement quitter l’orphelinat. Personne n’ayant voulu l’adopter, Rei se retrouva un peu livré à lui-même. On lui offrit tout de même une petite aide financière et un toit, le temps qu’il s’en trouve un lui-même. Une fois un petit appartement trouvé, le jeune homme partit à la recherche d’un travail. Ayant fait le strict minimum niveau études, ne se plaisant pas à l’école, il ne pouvait pas espérer un travail avec un énorme salaire. Il enchaîna les petits boulots dont celui de serveur dans un bar assez louche. Mais ce fut là qu’il fit la connaissance de yakuzas. Ceux-ci ne le clamaient pas haut et fort mais c’était tout de même évident. Rei passa du temps avec eux jusqu’à ce qu’on lui propose de rentrer dans la famille Ryuketsû. Il y vit là l’opportunité d’appartenir à une famille, une famille spéciale certes mais une famille quand même. Il savait ce que cela impliquait mais s’en fichait. Il ne se voyait pas vivre comme un citoyen lambda avec une vie banale. Après avoir vécu comme l’ombre de lui-même jusque-là, il avait envie de faire ses propres choix et qu’on l’accepte tel qu’il était. Les yakuzas lui apporteraient peut-être un semblant d’affection et verraient en lui un frère. Rei aurait l’impression de se sentir utile pour la première fois de sa vie.

    Le jeune homme eut alors le droit à un entraînement et à une période d’essai, si l’on peut parler ainsi. Et ce fut durant cette période qu’il fit la connaissance de l’homme qui allait faire fondre son cœur… Il se souvenait parfaitement du jour de leur rencontre, ou plutôt de la soirée. Il venait de quitter l’une de ses séances d’entrainement et rentrait chez lui par le bus. Ce fut là qu’il le vit. A ce moment-là, il ne se doutait absolument pas que cette rencontre allait changer beaucoup de choses dans sa vie. A vingt ans, libre comme l’air en dehors de l’orphelinat et se sentant enfin important pour des gens, Rei voulait profiter à fond de la vie. L’une des façons de le faire était de vivre pleinement son homosexualité, avec ce beau jeune homme à l’arrêt de bus par exemple. Ce fut dans cette optique qu’il l’aborda, de manière pas très originale d’ailleurs.


    « Salut. T’aurais du feu ? »

    Parce que oui, Rei s’était mis à fumer. C’était en quelque sorte sa façon de dire « merde » à tout le monde. Il avait commencé à l’orphelinat, en cachette bien sûr, et continuait dans sa nouvelle vie. Clope au bec donc, il attendit la réponse du bel homme, qui fut négative : il ne fumait pas. Le garçon qui devait avoir à peu près l’âge de Rei reprit son occupation, à savoir attendre le bus, sans porter plus d’attention que ça au futur yakuza.

    « Soit tu n’as vraiment pas compris que je tentai d’engager la conversation, soit tu fais comme si car je ne t’intéresse pas… »

    Rei dit cela en allumant lui-même sa cigarette avec le briquet qui était dans sa poche de pantalon. Cette remarque et ce geste eurent pour effet d’attirer vraiment l’attention de son interlocuteur qui sembla… choqué ? Intrigué ? Difficile à dire. Mais la tête qu’il fit plut à Rei qui ne put s’empêcher de sourire. Ce fut à partir de là que tout commença. Les deux jeunes hommes ne prirent pas le bus et décidèrent d’aller boire un verre ensemble. Peu à peu, au fil de la conversation, Rei laissa tomber l’idée de ramener chez lui cet homme, Izumi de son prénom. Il l’intéressait au-delà d’une partie de jambes en l’air. Après cette soirée et un échange de numéro, les deux jeunes se revirent plusieurs fois. Ils se plaisaient et arriva ce qui arriva, ils passèrent une nuit torride ensemble, puis deux, puis trois… Au final, ils se mirent en couple. Le courant passait vraiment bien entre eux et Rei devait avouer que des sentiments naissaient de son côté. Il n’avait jamais connu cela et n’avait pas prévu que cela lui arriverait aussi tôt, surtout pas avec un flic alors que lui était sur le point de devenir yakuza… Mais ce détail, il préférait pour l’instant le taire.

    Mais vint un soir, alors que Rei venait de rentrer chez lui, chez eux. Le couple avait décidé d’emménager ensemble après plusieurs mois d’histoire. Le tout fraichement yakuza l’était devenu dans la journée et se sentait fier d’appartenir enfin à une famille. Il en avait besoin. Il avait bien Izumi maintenant mais c’était différent. Et alors que les deux amants s’apprêtaient à faire l’amour, Rei grimaça légèrement sous l’étreinte de son homme, ce qui attira l’attention de celui-ci. Dos au mur et ne pouvant plus cacher son secret, le yakuza retira sa chemise pour dévoiler les premiers contours d’un irezumi. Et au Japon, qui dit tatouage dit forcément yakuza. Izumi le comprit tout de suite. Rei pensa que son amant le comprendrait ou du moins l’accepterait, comme il avait accepté le passé du yakuza et ses blessures. Mais Rei s’était trompé. Izumi décida de rompre et le yakuza ne le revit plus du jour au lendemain. Il n’eut pas vraiment d’explications. Etait-ce parce qu’il appartenait maintenant officiellement à mafia ? Ou bien parce qu’il avait caché la vérité jusqu’à être sûr d’être recruté ? Encore maintenant il se le demande. A un moment, il regretta d’être rentré dans les rangs de la famille Ryuketsû. Il avait peut-être trouvé une famille mais perdu un être cher, très cher.  

    Depuis ce jour, Rei essaye d’oublier son grand amour. Mais, même cinq ans après, il lui arrive de penser encore à lui. Un jour par exemple, en lisant le journal, il tomba sur un article parlant de la promotion d’Izumi au rang de lieutenant dans la police. Tant mieux si le flic avançait dans la vie. Rei, quant à lui, a aussi gagné en responsabilité. Maintenant, il est le leader d’un petit groupe qui s’occupe d’assurer la protection d’un quartier de Kyoto, et il lui arrive de jouer les coursiers dans des affaires plutôt douteuses ou bien d’aller récupérer l’argent prêté à des commerçants. Tout cela n’est pas très légal mais peu importe. Il est un membre à part entière de la Famille maintenant. Et puis il s’évertue à ne pas trop franchir les limites. Il n’a par exemple jamais tué personne. Le plus loin qu’il ait été ? Tabasser méchamment un commerçant arrogant qui avait refusé de rembourser son prêt fait aux Ryuketsû. Il a bon fond pour un yakuza sans toutefois passer pour un faible. Il n’en serait pas là sinon. La Famille lui fait confiance du moment qu’il travaille parfaitement. Et puis sa manière de faire évite d’attirer les regards de la police. Peut-être a-t-il peur de revoir son ex et lui faire encore plus de peine au final.  Mais ça, il se refuse d’y penser. Il est yakuza maintenant et plus rien d’autre ne compte. Il a enfin trouvé une Famille. Mais alors pourquoi certains soirs, en se couchant, a-t-il l’impression d’être toujours aussi seul ?..
    Autre : Rei a un petit talent en cuisine. A part ça, vous apprendrez à le connaître un peu plus au fil de l’histoire.    


¤ About me ¤


    Je soussigné(e) Haruka/Rei, déclare avoir pris connaissance du Règlement du Forum et du Club rédigé et surveillé par le Staff, tant Rp que Hrp.

    Pseudo : Haruka
    Age : 23 ans
    Comment avez-vous connu le fofo ? : Notre ami Google.
    Commentaire divers : Je ne suis pas une débutante, ni en matière de RP, ni en forum yaoi. Pas de crainte à avoir Wink 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueboy.frbb.net/t2425-rei-okada-yakuza-shatei#23535

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rei Okada [Yakuza - Kyodai des Ryûketsu]   Ven 26 Avr 2013 - 17:47

ça me parait ok


Tu pourras créer ton Carnet de route, pour la suite (obligatoire).
Tu peux chercher un partenaire de jeu dans le Coin Rencontre et éventuellement demander un Rang personnalisé.

Bon jeu =)

PS : Je te demanderais de remplir ton profil/ta feuille de perso. Merci ^^
Revenir en haut Aller en bas
 

Rei Okada [Yakuza - Kyodai des Ryûketsu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Come on, I know you're a yakuza !
» My return is not a surprise × Ft. Okada Mitsu
» 01.03/11.C.[Tokyo] Au croisement de la lumière et des ténèbres.
» Présentation d'Hanna Okada :) [Validée]
» AKB0048

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• Blue Boy ~ RPG Yaoi • :: ~>• Contexte et personnages • :: • Personnages • :: • Fiches validées :: Yakuzas-